Petit tour des arguments qui pourraient vous dissuader de partir :

– L’aspect financier

Lorsque nous avons évoqué notre projet avec nos proches, nous avons eu droit à des remarques du type « 40 000€ mais vous vous rendez compte cette somme représente un apport pour un appartement ! Ce que vous allez faire c’est super mais vous n’avez pas l’impression de gaspiller un peu vos économies »

Pas du tout et je dirais même que comme tout à chacun, nous sommes persuadés d’être dans la vérité et entourés d’ignorants 😉 ! Et oui NOUS, on a tout compris au sens de la vie : il faut profiter et non pas posséder ! Attention cette phrase est à prendre au second degré, ELLE voue un culte sans failles à sa garde-robe et LUI à tout ce qui se rapproche de près à de la technologie.

Certains diront que nous sommes encore jeunes et que de ce fait nous ne pensons pas à la retraite ou à assurer l’avenir de la descendance, que nous sommes très certainement encore un peu immatures et que nous changerons d’avis d’ici quelques années, voir (pour les plus pessimistes) que nous nous en mordrons les doigts et que de toute façon c’est générationnel, ils sont tous bien plus attardés que leurs aînés ! A cela je répondrai que ce qui est certainement générationnel, c’est l’incertitude dans laquelle nous évoluons aussi bien au niveau professionnel qu’au niveau personnel. Et pourtant malgré cela nous commençons à voir apparaître une recrudescence de propriétaires, de mariages et d’enfants autour de nous. La relève sera bien assurée ! Alors peut-être pas immédiatement par nous mais il y a bien un jour où nous nous remettrons au travail et peut être que l’horloge biologique viendra nous titiller d’ici quelques années. En attendant, nous tentons notre chance dans d’autres contrées, à la recherche certainement naïve d’autres sensations, visions, réflexions…et tout un tas d’autres mots qui se terminent en -ions !

– L’aspect professionnel

Un trou d’un an voir plus car nous n’avons pas fixé de date de retour, est-il justifiable sur son CV d’autant que nous avons tous deux, entamés nos vies professionnelles ? De plus nous sommes en CDI et faisons le choix de ne pas prendre de congés sabbatiques mais de quitter nos entreprises ?

C’est souvent pour cette raison que nous avons des réactions dubitatives lorsque nous exposons notre envie. En effet si nous avions exprimé ce souhait au sortir de nos études ou comme une coupure -année sabbatique- dans nos vies professionnelles, l’accueil aurait certainement été plus compréhensif. Alors tout d’abord, ce projet nous l’avions au sortir de nos études mais la vie a fait qu’il a dû être repoussé, nous avons donc entamé des carrières professionnelles de « fortunes » afin de patienter. LUI s’est aperçu qu’il pourrait être à l’aise dans d’autres voies que celle qu’il s’était tracée et ELLE a adoré son expérience de vie aux Pays-Bas qui l’a d’ailleurs confortée sur le fait que d’autres pays pouvaient être accueillants.
De plus, ce projet nous apporte de nouvelles connaissances qui pourront être mises à profit dans nos futures carrières professionnelles, sait-on jamais ! Nous ne sommes pas encore partis et nous sommes déjà bien meilleurs en géopolitique, en espagnol, en retouche photos, en montage vidéo, en informatique & communication : nous pouvons dire que maintenant nous maîtrisons vraiment wordpress, HTML5 et CSS3 ainsi que toutes la flopée de réseaux sociaux.

– L’aspect organisationnel

On peut décider de partir comme ça sur un coup de tête sans rien prévoir, la véritable AVENTURE ! Nous nous sommes pragmatiques enfin surtout ELLE, du coup entre les vaccins, la prise d’info sur les pays traversés, les comparatifs bancaires & assurantiels, l’équipement, l’itinéraire… la phase préparatoire est un véritable travail (à temps partiel, il ne faut pas exagérer non plus).

Elle représente des heures de recherche en amont et peut même être un vrai casse-tête et ce encore davantage quand vous êtes confrontés à une parfaite indécise :

LUI : « Moi je te suis, choisis tout comme tu veux. Tu sais moi tout me va ! »
ELLE : « Non mais il faut vraiment que tu m’aides, je n’arrive pas à me décider »
LUI : « Ok ! Moi si je devais faire un choix je prendrais celui-là parce que … (et là il répète tous les arguments qu’ELLE lui a elle-même énuméré lors d’une précédente discussion parce qu’il faut être honnête cela ne lui serait jamais venu à l’idée de se renseigner là-dessus.)
ELLE : « Oui tu dois avoir raison mais je vais prendre l’autre »
Et quelques semaines plus tard …
ELLE : « Finalement je ne suis plus sûre … »
LUI – soupir de « tu me gonfles mais je suis trop gentil pour te l’exprimer ( et c’est vrai qu’il est gentil et patient ) »

Et c’est un dialogue qui se répétera tant que nous n’aurons pas mis nos petites fesses dans l’avion et en plus il fonctionne avec des sujets aussi variés que celui de la nécessité de prendre une ceinture cache-billets aux raisons plus que fondées d’emporter son oreiller dans son sac à dos!

– L’aspect relationnel

Alors comme ça vous nous quittez mais vous allez nous manquer, pas vous ? Vous diront vos proches avec un regard emprunté au chat potté de Shrek.

Alors celui-ci c’est un coup bas et il pourrait vraiment vous faire flancher. Attention voici les parades que vous pouvez utiliser :

– « Tu pourras nous suivre à travers le blog. Ce sera comme si tu y étais ! »
– « Regardes en ce moment, on habite à 15 km les uns des autres et on peine à se voir une fois par mois. »
– « Vous êtes les bienvenues pour nous retrouver au Chili (ou ailleurs) pendant vos vacances. »
– « L’amitié, la famille c’est inoubliable et les retrouvailles n’en seront que meilleures.».

Si comme nous, vous trouvez une réponse à tout ces arguments, quelle soit de bonne ou mauvaise foi, c’est que l’appel du large se fait plus fort !

Alors bon voyage et on se donne rendez-vous dans 10ans afin de voir si nous avons eu raison de partir pour cette grande aventure.

Et vous quel est l’argument qui vous empêcherez de partir?

Leave a Reply